île de la Réunion île de mes Amours

Baster Groupe Réunionais

BASTER Groupe Phare de La Réunion

 


C'est en 1981 que l'association Mouvman Kiltirel Basse Terre voit le jour à l'initiative d'Alain Joron, instituteur passionné et délégué culturel de la fédération des oeuvres laïques. L'objectif de cette association étant de lutter pour la reconnaissance de l'identité culturelle réunionnaise. Outre des projets divers réalisés par celle-ci, la partie musicale prend très rapidement une importance capitale avec à sa tête Thierry Gauliris alors âgé de 16 ans. Le groupe musical commence à se créer et à créer et répéter des titres d'un maloya électrique et éclectique afin de faire découvrir au public le plaisir des premiers chants d'espoir.
En 1983, alors qu'Alain Joron s'est éloigné de l'association, les musiciens continuent à suivre une démarche militante et revendicatrice. Ils sortent leur première cassette de 12 titres grâce à Gilbert Pounia, porte drapeau de la révolution culturelle réunionnaise. Malheureusement celle-ci ne connaîtra pas le succès.
En 1984, Baster intègre « Lantant Maloya », fédération de groupes musicaux bien décidé à permettre le triomphe de la liberté d'expression. Avec Lantan, baster joue de plus en plus de concerts improvisés chez des militants culturels motivés. Deux ans plus tard, les groupes de Lantan enregistrent une cassette « Konyé » et décident d'organiser la tournée internationale Kréol bravant l' interdiction de se produire.
Fin des années 80, les artistes ont mûri et le combat du développement harmonieux auquel ils ont toujours aspirés commence à porter ses fruits. C'est au studio Piros St André, propriété de Pierrot Rosely (chanteur de variété tropicale) que la deuxième cassette « Mon péi mon lémé » est enregistrée et produite par le groupe lui-même. Baster fait sa première scène à St Denis à la réunion.
L'année 90 sera riche en événement pour le groupe. Effectivement, après la naissance d'une troisième cassette « Rasine momon papa » les Baster se feront remarquer lors du festival de jazz à St denis et s'envoleront ensuite, pour Bordeaux afin de participer au MELA (Musique Ethnique librement adaptée.). Ils se produiront ensuite au festival d'Angoulème et sur la scène du New-morning. Cette même année, un concert est organisé à l'Olympia à Paris mais Baster n'y sera pas convié car des dysfonctionnements dans la politique culturelle subsistent.
En 1991, le succès est immense, cependant le groupe connaît un tournant dans sa carrière, plusieurs membres du groupe ont renoncé à poursuivre l'aventure. Baster enregistrera peu de temps après son quatrième album « Lorizon kasé ». En 1992, le groupe donne naissance à son premier CD et change de studio d'enregistrement . Petit à petit, de nouveaux musiciens intègrent la formation et à force de travail le groupe est sélectionné pour participer au printemps de Bourges 94 : la voix du succès semble se tracer.
1995 sera l'année du cinquième album « Mon Royom » doté d'une coloration plus jazz. L'objectif du groupe est de devenir professionnel. Erick Assani, animateur de l'émission « Kouler péi » consacrée à la musique locale sur radio-est devient le manager du groupe.
En 1997, les séries de concerts s'accélèrent et après avoir effectué les premières parties d'un certain nombre d'artistes, les Baster se lancent dans une tournée de trois semaines.
Le sixième album « Black out » sera créé tout au long de l'année 1998. Il est basé sur la reconnaissance du peuple noir sur un rythme afro-latin et un reggae mélancolique ayant pour thème l'exclusion. L'album remporte un immense succès et le groupe enchaîne les concert à un rythme effréné. 120 dates jalonneront cette année éblouissante dont l'apothéose sera le concert du 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage.
Le succès de l'album se poursuit l'année suivante et le groupe est invité à participer au Midem America Miami (USA) en première partie de Pato Banton en juin, et en tournée dans dix pays d'Afrique en septembre. Un album live est créé pour célébrer ce fantastique « black out tower 99 ».
L 'année 2000 marquera la signature d'un contrat de distribution de ces albums en métropole avec la société « night and day ». Le groupe renoue avec le festival métisse d' Angoulême au mois d'avril, les premières cassettes du groupe sont remastorisées pour un coffret qui contiendra également un CD- ROM interactif. Le 9 septembre un concert exceptionnel est organisé devant 4000 personnes à st Denis.
Thierry Gauliris et son groupe entame l'année 2001 sur de nouvelles compositions qui formeront l'essentiel du nouvel album « Rastok ». La sortie de l'album est un succès et les concerts de promotion le sont encore plus.
L'année 2002 est influencée par le voyage de Thierry Gauliris en Jamaïque . Douze titres du répertoire sont revisités au rythme du reggae. Par ailleurs en février, Baster lance sa première production, « Kermes » un album sega de Jeannot Ramoune.
En mars le concert au théâtre de st Gilles déchaîne littéralement les foules et l'album made in Jamaïque « Kaf Gong reggae » est au rendez-vous.
La tournée de septembre en France n'a fait que confirmer la popularité du groupe qui semble poursuivre une aventure sans relache.

Discographie

 Mouveman Kiltirel Basse – Terre 1983
 Konyé 1986
 Rasine Momon Papa 1990
 Lorizon Kase 1991
 Mon Royom 1995
 Black Out 1998
 Black Out Tour 99 1999
 Coffret Lespri, Lo ker, lo kor lé la Night & Day 2000
 Raskok Night & Day 2001
 Kaf Gong Reggae Night & Day 2002
 Baster 1983 / 2003 Night & Day 2003
 Live Sin – Zil Night & Day 2003

Extrait: Dérapaz

Source:

//www.africultures.com/index.asp


 

Boosterblog.com : Echange de clics !


23/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres